La tete dans les nuages

by Dave August. 18, 2009 3717 views

Il y a des matins comme ca où on se réveille avec de la brume dans les yeux. Surtout ceux qui succèdent à une nuit de 4h dans une voiture, par une chaleur étouffante, vitres fermées pour éviter l'intrusion de ces satanés maringoins.

Le soleil vient de passer l'horizon, il est presque 6h. On peut le regarder droit dans les yeux, ce beau disque rouge orangé qui se glisse dans les feuillages, grimpant de branche en branche vers le ciel.

On papote, on s'affaire, on garde juste les 2-3 neuronnes qui viennent de sortir du coma pour effectuer avec l'équipe les consignes de sécurité et assembler la nacelle.
Il fait froid, mais la fatigue y joue.

Le drapeau vert est hissé sur la tour, les ventilateurs vrombissent tels des bombardiers sur une piste d'envol. Peu a peu, d'énormes champignons de toutes les couleurs apparaissent autour de nous, se redressant lentement, prenant delicatement leur forme.

Quelques coups de bruleurs me réveillent, la toile est gonflée, c'est l'heure de décoller, et aussi de se réveiller; merde le vertige.

Je monte dans la nacelle et m'accroche à toutes les poignées. Tel un pilote de F14 tomcat sur le pont d'un porte avion, arrimé à sa catapulte, je me prépare à passer de 0 a 300 km/h en 3 sec, suivi d'un break violent sur le coté pour se dégager du navire…
mais finalement, il n'y aura rien de tout cela. La légèreté du décollage est sans comparaison.
C'est un peu comme être assis dans un plateau de balance, avec un contre poids plus lourd ne serais-ce que d'un petit gramme. L'ascension est progressive, lente, s'accélèrant gentiment.

Pas le moindre bruit, pas de craquement dans le panier en osier, pas de claquement dans les suspentes. Le silence, rien que ca.
Seuls quelques coups de bruleur viennent interrompre le son de la nature au réveil.

Une lumiere rose envahit nos yeux, tandis qu'un tapis de brume se glisse délicatement sur le paysage.
Les mots m'échappent, l'appareil photo ne capture absolument rien de ce que je ressens. Et pourtant avoir la tête dans les nuages n'a jamais autant été imagé.

Le temps semble s'être arrêté autour de nous et de ces dizaines de ballons qui nous ont rejoins. Accoudé au rebord de la nacelle, j'ai l'impression d'être sur un balcon, contemplant ce soleil timide qui semble ne jamais vouloir décoller.

Le silence, suspendu au bout de cette petite bulle colorée qui glisse avec le vent……

  Be the first to like this post
Join the conversation
1
There is 1 comment, add yours!
Michael Sakowicz 11 years, 10 months ago

Spectacular. Shot sixteen in particular is very nice.

11 years, 10 months ago Edited
Up
Copyright @Photoblog.com