Queenstown, world capital of adrenaline

by Cyprien November. 21, 2016 2135 views

The road to Queenstown

Having hoped off at Wanaka, I had a new driver to take me on the road to Queenstown. Nate was very different from Lego, less fun and crazy, and more informative and academic. Maybe it was the end of my trip arriving too fast, the fact that I knew few people of the bus, or else, but I started to feel a bit less enthusiastic than the previous days.

Etant resté quelques jours de plus à Wanaka, j’ai eu un nouveau conducteur pour le trajet en direction de Queenstown. Nate était très différente de Lego, moins fun et folle, et plus rigoureuse et informative. Peut-être que je commençais à sentir poindre la fin de mon voyage ou le fait que je connaissais moins de monde dans le bus, mais je me suis senti moins enthousiaste que les jours précédents.

...

We first stopped at Puzzling World, a stop where 1h30 was allowed either to visit the museum of illusions, or to climb Mount Iron. The entrance was more than 20NZD, and since I don’t like to feel forced to pay for an activity I didn’t really chose, I stayed in the main room of the museum, working on my pictures, and taking one of the disturbing roof and toilets.

Is this for real !?

Nous nous sommes premièrement arêtes à Puzzling World, à la sortiie de Wanaka, où nous avions 1h30 pour visiter le musée de l’illusion ou grimper sur Mount Iron. Ayant déjà fait Mount Iron la veille, et détestant me sentir obligé de payer pour une activité que je n’avais pas forcément prévue (oui, je suis souvent rabat-joie J ), je suis resté avec quelques autres dans la salle d’entrée du musée, où il y avait des casse-têtes à faire, et où j’ai trié mes photos.

Puzzling roof

...

En route to Queenstown, we stopped at a fruit and frozen yoghurt shop, and near Wanaka at AJ Hackett Bunjy Jump. The 30minutes stop was here to allow the inscription of the people who wanted to jump from the bridge the following day, I felt a bit hard to be stuck here where there was nothing else to see than a giant screen telling how AJ Hackett did amazing jumps with his bunjy, hence you should already be buying your jump to enjoy the best adrenaline in the world! Boring. Fortunately, my day would be highlighted by something far more interesting: my own freefall jump!

En route pour Queenstown, nous nous sommes arrêtés à un magasin de Fruits et Yoghourt Glacés, puis chez AJ Hackett, pour qu’une partie des occupants du bus puissent aller s’inscrire à un saut à l’élastique. Nous y sommes resté 30 minutes avec pour seule activité un écran géant nous vantant les mérites de AJ Hackett qui a battu de nombreux records avec son élastique, raison pour laquelle nous devrions nous inscrire aussi, sur le champ. Ennuyeux. Heureusement, ma journée allait être animée par une activité bien plus intéressante : mon propre saut en chute libre !

Indeed, I had planned a Canyon Swing over Shotover River the same afternoon. The best to explain this activity is to quote them: “This is an intense, undie staining, adrenaline stimulation activity achieved by launching yourself from the world’s highest cliff, 109m over the famous Shotover River.  Our uniquely designed system allows you to swing 200m with a 60m vertical freefall down a steep rocky cliff face.  Throw our amazing staff into the mix and you’ve got the experience of a lifetime.”

En effet, j’avais prévu un saut pendulaire au-dessus de la rivière Shotover pour la même après-midi. Le mieux pour expliquer cette activité est de traduire (en gros) la citation ci-dessus. « C’est une activité intense en adrénaline, dans laquelle vous êtes lancés depuis la plus haute falaise du monde (bon des fois ils disent un peu des conneries les néo-zélandais, il y a des falaises plus grandes. Du coup je me demande si le mini-golf de Kaikoura est bien le meilleur du monde aussi…) : 109m au-dessus de la célèbre Rivière Shotover. Notre balancier au design unique vous permettra de décrire un arc de cercle de 200m de diamètre après une chute libre de 60m de hauteur le long d’une falaise rocheuse. Ajoutez-y notre staff de malade, et vous aurez l’expérience de votre vie ». (je devrais leur envoyer la traduction pour avoir un saut gratuit !).

Reunion, Cookie Time and pressure

But before doing this, and to let the pressure build, I had three hours to kill. Since most of the whole previous bus stayed two days in Queenstown, the friends I left in Wanaka were in the city until the following morning. I gladly met Tim and Gemma (Martin and Marc were biking on the mountain). Tim told me about his own experience of the Canyon Swing he did the previous day. He reassured me about how smooth the transition was between freefalling and swinging over the canyon (very smooth), which was the reason why I couldn’t skydive a few days before: because I have a prosthetic hip, and any shock could have serious impact on my health.

Mais avant ceci, et afin de laisser monter la pression, j’avais 3h de temps à tuer. Puisque la plupart du bus précédent était resté à Queenstown pour deux jours, les amis que j’avais laissé à Wanaka était là jusqu’au lendemain matin. Martin et Marc dévalaient les pentes de la montagne en VTT, j’ai donc passé du temps avec Gemma et Tim. Ce dernier, qui avait fait le canyon swing la veille, m’a rassuré sur la transition entre le mouvement de chute libre et le mouvement de balancier qui est très douce, et qui me permettait de faire cette activité sans risquer de compromettre ma prothèse de hanche, alors que c’était moins évident pour le saut en parachute.

...

After this discussion, I went to Cookie Time, where I had the best sundae ever, but maybe my opinion is biased by the looks of the waitress which is… Well an image (this time it is not mine, sorry, it comes from the Instragram of Cookie Time) is better than a thousand words.

Après cette discussion, je suis allé chez Cookie Time, où j’ai mangé le meilleur sundae de ma vie, mais peut-être que mon opinion est biaisée par la tenue des serveuses qui est… eh bien une photo (pour une fois pas la mienne, elle provient de l’Instagram de l’enseigne) vaut toutes les explications.

A large choice of sweets at Cookie Time

The leap of faith

And then it was time for a Canyon Swing (Already?! No, I’m not ready! I don’t have my waterproof underwear!). After talking one more time to the people in the shop about my health situation (I already talked to them on the phone before booking), one instructor took me by the belt and pulled me towards him (For an example! Don’t start to think anything!), and told me that the feeling between falling and swinging was quite the same. If that was OK for me, it was OK for him (sorry for the long descriptions, but I need to reassure my parents before they see the pictures... ).

Et puis ce fut l’heure de mon saut pendulaire (comment, déjà ?! Non, je ne suis pas prêt ! Je n’ai pas mis mes sous-vêtements imperméables !). Après avoir une nouvelle fois discuté avec les organisateurs à propos de ma situation (je eur avait déjà parlé au téléphone avant de réserver), un instructeur m’a pris par la ceinture et m’a tiré à lui (non, ce n’est pas ce que vous croyez, c’était pour l’exemple !), et m’a dit que la contrainte qu’on avait pendant le saut était similaire (ce qui est assez vrai). Et si c’était OK pour moi, c’était OK pour lui (désolé pour la description, mais j’ai besoin de rassurer mes parents avant de leur montrer les photos…).

And off we were, with a small group of Japanese, two Germans, and me, for the Shotover Canyon. After a short trip on the road, the van climbed up small paths in the forest mountain while a video showed us all the ways possible to do the swing. Indeed, we start from a platform over the 108m cliff, but how we jump is up to us, from being gently launched from a seated position above the void to jumping backwards, head down, sitting on a chair and so on…

Et nous sommes donc partis en direction du canyon Shotover, avec un groupe de japonais, deux allemands et moi. Après un court trajet sur la route, la camionnette a escaladé un chemin forestier en montagne, pendant qu’une vidéo nous détaillait tous les moyens possibles pour faire le saut. En effet, le départ d’une plateforme à 108m au-dessus de la rivière est toujours identique, mais nous choisissons la manière dont nous voulons sauter, de la plus simple (départ en douceur assis au-dessus du vide) à la plus farfelue (« This is Sparta » pour les amateurs de films) en passant par plein de variantes : en avant en arrière, la tête en bas, assis sur une chaise, à deux…

An illustrating picture from the Shotover Canyon Swing website

...

A Japanese girl jumped first on our group, she seemed a bit scared but willing to do it and it went quite fast and smooth. One minute later she was hoisted back on the platform, happy. The second Japanese girl was more interesting because at the moment she entered the secured platform from which you can really see the canyon below (before that, we wait on a platform further away from the void where we can see the jumpers but not really the reality of what we jump into), she started to scream. She was at the same time willing to jump and really afraid to do so. Since the instructor can’t obviously push you in the void, it took some time to make her sit in the position where you are launched from. As soon as she was released, she fell completely silent (literally). When she was hauled back she was pale, trembling, apparently exhausted, but the more stunning is that she was excited, hugging happily the staff, and asking for another one.

Une japonaise a sauté en premier, elle semblait un peu effrayée mais volontaire, et le saut s’est passé en douceur et rapidement. Une minute après avoir disparu, elle a été remontée sur la plateforme, heureuse. Ce fut bien plus intéressant avec la seconde japonaise, qui s’est mise à crier au moment même où elle a vu le vide (qu’on ne voyait pas bien depuis la position d’attente). Elle avait autant envie de sauter que de s’enfuir, et comme les organisateur ne peuvent bien évidemment pas nous jeter dans le vide, il a fallu un certain temps avant qu’elle accepte de s’asseoir « tranquillement » avant d’être amenée au-dessus du vide. Et dès que sa chute a commencé, elle est tombée dans un profond silence (littéralement). Elle a été remontée pale, tremblante, apparemment épuisée, mais curieusement aussi très enthousiaste. Elle faisait des câlins au staff, souriait, et demandait de faire un second saut.

And then it was my turn.

Puis ce fut mon tour.

...

I felt pretty OK till the moment where I sat in my harness above the platform. Then they turned the hoist and me over the void, and that was really scary. The staff member who was taking care of me then preserved me because he continued to talk to me normally, asking how I was, and if I wanted to be released at the count of three or… and he released me! It took my mind one second understanding that I was falling, one more to feel panicked, one second to realize that I was quite safe and I think I enjoyed the last second of falling before gently swinging in my harness over the canyon. And that was over, already. I cursed the staff member who didn’t warn me, even if I knew that he did that to relieve me from crisping anticipation and they hoisted me back on the platform, trembling but sound and happy.

Je me suis senti bien jusqu’au moment où ils ont bougé le treuil qui me tenait en position assise, le passant d’une position confortable au-dessus de la plateforme à une position effrayante au-dessus du vide. L’organisateur qui s’occupait de moi m’a ensuite préservé puisqu’il continuait à me parler, me demandant comment je me sentais, si je préférais être relâché au compte de trois ou bien… et il m’a relâché ainsi, sans préavis ! Mon esprit a eu besoin d’une seconde pour comprendre que je tombais,  une autre pour paniquer totalement, une troisième pour me rappeler que j’étais en sûreté dans mon harnais, et j’ai peut-être profité de ma dernière seconde de chute libre avant de balancer tranquillement au-dessus de la rivière au fond du canyon. Et c’était déjà fini. J’ai traité le membre du staff de tous les noms pendant que j’étais en bas, même si je savais qu’il ne m’avait pas prévenu pour me protéger en évitant que je me tende avec l’appréhension, et ils m’ont remonté sur la plateforme, tremblant, mais en pleine forme et heureux.

Yes, that is me...

...

I had paid for a second jump already, and after everyone had done his first and that the crazy Japanese girl did her second jump (the screams were inverted this time: nothing before but everything during the fall), I did the slide. For this jump, you sit safely on a child’s slide, except that it ends in the void. For my brain, this acted as the exact inverse of the first jump: I had two quiet seconds on the slide to realize what would happen to me before falling, already knowing how scary it is. And man, that was scary, but also much more intense. I loved it. I’ll never do that again in my life!

J’avais déjà payé pour un second saut, et une fois que tout le monde a eu fini de faire son premier saut, que la japonaise folle a eut fait son second (qui a été acoustiquement l’inverse du premier : elle n’a rien dit avant le saut et a tout lâché pendant), j’étais prêt pour le toboggan. Dans ce saut, on s’installe tranquillement sur un toboggan qui donne… dans le vide bien sûr ! Et cette fois l’effet a été totalement l’inverse que lors du premier saut : j’ai eu deux paisibles secondes de glisse sur le toboggan pour réaliser que je m’approchais du vide, et me rappeler combien c’était effrayant la première fois. Ce fut donc pire la seconde, mais aussi bien plus fort. J’ai adoré. Je ne le referai plus jamais de la vie !

A picture I took arriving on the site.

...

I was then so full of adrenalin that the way back didn’t really matter. They showed us a video of all the people who did stupid things during their jump, and that was really funny. The Japanese girl will probably be on the next one.

Après ces sauts, j’étais tellement sous adrénaline que le voyage du retour n’avait plus d’importance. Dans la camionnette, ils nous ont montré une vidéo de toutes les personnes ayant fait des choses stupides lors de leur saut, c’était vraiment drôle. Je parierais que notre japonaise sera dans la prochaine édition.

Sunset, Ghost and Party

Back in town, I went to take pictures of the sunset, and joined my friends for a last party together, before we continued our separate journeys (most of them were leaving the following day for a trip of the Deep South with the Stray bus).

A couple in Queenstown sunset.

Sunset over lake Waikatipu in Queenstown.

De retour en ville, je suis allé prendre des photos du soleil couchant, et ai rejoint mes amis pour une dernière soirée ensemble avant de continuer séparément nos voyages (la plupart d’entre eux partaient en direction du Deep South le jour suivant avec le bus Stray).

Have I seen a ghost ?

We had a great party, and fortunately I have no picture to show. Let’s say I had no battery.

La soirée était géniale, et heureusement je n’ai pas de photos (nous dirons que je n’avais plus de batterie).

Spleen in Queenstown

The following day, I woke up at 7AM to call an agency where I booked a flight over Milford Sound, which is a beautiful fjord at 5h drive of Queenstown. Since I was there for only one day, I didn’t want to waste it on a bus and opted for 30min of plane, 2h of boat on the sound, and another 30 min of plane to come back to Queenstown. Unfortunately, the flight was cancelled because of the weather. Moreover the Stray bus for the Deep South departed a few minutes later with most of my friends and I just didn’t feel the envy to go and explore Queenstown. I hence went shopping, and I have no more picture of Queenstown to show except for this one, where the weather was compassionate of my spleen.

Le jour suivant, je me suis levé à 7h du matin pour appeler une agence avec laquelle j’avais réservé un vol pour Milford Sound, qui est un fjord magnifique à 5h de route de Queenstown. Comme j’étais dans cette ville pour une journée seulement, je ne voulais pas la passer dans un bus pour visiter Milford Sound, aussi j’avais opté pour y aller en avion (30min au lieu de 5h), tout en survolant la région magnifique. Malheureusement, le vol a été annulé en raison du mauvais temps. Pour ajouter à la déception, le bus Stray est parti peu de temps après, emmenant une nouvelle fois la plupart de mes amis, et cela m’a coupé toute envie de visiter Queenstown. Je suis donc allé faire du shopping, et je n’ai aucune photo de Queenstown à montrer, si ce n’est celle-ci, sur laquelle le temps semble compatir à mon spleen.

Spleen over Queenstown

...

During the evening, we went to see a movie with Tine and went to bed quite early, the following day I was leaving Queenstown with a totally new group, a perspective that did not really delight me.

Le soir, nous sommes allés voir un film sympa avec Tine, avant d’aller nous coucher assez tôt. Je quittais Queenstown le lendemain avec un groupe totalement nouveau, une perspective qui ne m’enchantait guère.

Join the conversation
0
Be the first one to comment on this post!
Up
Copyright @Photoblog.com