Beijing and the conclusion... is the beginning ?

by Cyprien December. 06, 2016 1590 views

My plane arrived at Beijing Airport at 5AM. Getting out of the plane, I could get an instant warn about the external temperature as the passage to the airport was freezing. I went to the border control for a 72h visa. As in Shanghai, I first went to the wrong one, for long-term stay of foreign people before finding the 72h visa counter, strangely indicated D/P (for Diplomatic Passenger) and hidden between the counters for normal Chinese passport and the one for automated Chinese passport (where that is a machine checking your identity).

Mon avion est arrivé à Pékin (que l’on appelle désormais aussi Beijing en Français) à 5h du matin. En sortant de l’appareil, j’ai pu avoir un aperçu de ce qui m’attendrai à l’extérieur tant la température dans le couloir menant à l’aéroport était froide. Une fois à l’intérieur, je me suis dirigé vers le contrôle aux frontières pour obtenir un visa de 72h, et après m’être trompé d’endroit (comme à Shanghai), j’ai fini par trouver la mystérieuse file menant au comptoir D/P (pour Diplomatic Passenger), nichée entre la file pour passeports chinois normaux et celle pour passeports chinois électronique (logique !).

Arriving at the baggage reclaim, I wondered if I needed to pick my backpack up. I thought no, because I was given my plane ticket all the way to Paris at my departure from Auckland. I double checked with flight attendants and with someone at the border. No one seemed to be really sure of the answer and there was no one from Air China to answer my question at 5:30AM, but I still  decided to hop out of the international transfer zone with only my carry-on backpack. I headed to the Airport Express to get downtown and start my visit of the capital.

En arrivant au retrait des bagages, je me suis demandé si j’avais besoin de récupérer mon gros sac à dos ou non. Avec mon ticket pour Paris déjà en main depuis Auckland et le conseil de quelques hôtesses de l’air de mon avion, j’ai décidé que non, qu’il devrait surement suivre seul vers le prochain avion (ce qui fut heureusement le cas). Je suis donc sorti de la zone de transfert international avec mon petit sac à dos seulement, et me suis dirigé vers l’Airport Express pour rejoindre le centre ville afin de débuter ma visite de la capitale.

The hall of the Airport Express was huge and not heated, the temperature was probably just a bit above Zero degrees and I quickly understood that my short stay in Beijing wouldn't be comfy. I had not taken any hot clothes out of my luggage at my departure from Auckland and was wearing only two thin shirts, a windproof but not really warm jacket, a pair of hike pants, short socks, and thin-not-windproof gloves. I had no cap but I had managed to squeeze a blanket out of the plane to have one more layer on, in order to avoid ending up all frozen and hard as a bit of ice.

Le hall du train Airport Express était immense et non chauffé, la température devait y avoisiner le zéro degrés Celcius et j’ai rapidement compris que mon court séjour à Beijing serait compliqué. En effet, je n’avais pas prévu de transférer des habits chauds de mon gros sac vers le petit en partant d’Auckland et je n’avais donc pour tout vêtement contre le froid que ceux que je portais à mon départ, à savoir deux T-shirts, une veste imperméable mais pas vraiment chaude, un pantalon de randonnée, des chaussettes courtes, et des gants fin qui ne protégeaient pas du vent. Je n’avais pas non plus de bonnet mais j’avais tout de même réussi à soutirer une couverture de l’avion, pour me faire une couche de plus qui me permettrait (peut-être) de ne pas finir tout congelé et dur comme un glaçon au-dehors.

The Airport Express was only opening at 6:20AM (quite strange for such a huge city), so I waited for half an hour back in the warm airport discussing with Alice. She was a French student who had just deposited a friend for a plane after a sleepless night and was mainly thinking about getting to bed instead of university.

Le premier train pour le centre ville ne partait qu’à 6h20 du matin (fait assez étrange pour une grande ville comme Beijing). Je suis donc retourné dans la chaleur douillette de l’aéroport pour attendre une demi-heure en discutant avec Alice, une étudiante française rencontrée sur le quai, qui venait de déposer un ami à l’aéroport après une nuit blanche et qui rêvait d’aller se coucher en séchant les cours.

We took one way train tickets. Indeed, Alice warned me about how in China you are best not planning and paying too much in advance. Because you can quickly end up with useless stuff like two tickets from Airport to City that doesn’t work on the return from City to Airport. Alice took off of the train in the middle of the trip and I arrived alone in the subway, heading for line 2 to QuianMen (the most direct station to Tian An Men Square). Funny stuff about buying a ticket in Beijing subway is that you need to indicate where you are heading, and the price corresponds to the length of your trip (quite normal in fact). Less funny is that a Chinese guy took advantage of my second of hesitation in front of the vending machine to take my place and his ticket. And I thought that Parisians where assh*les with the tourists, in fact they are quite friendly compared to most people in Beijing…

Nous avons pris notre billet de train pour le centre-ville. En effet, Alice m’avait prévenu qu’en Chine il est toujours mieux de ne pas trop prévoir à l’avance sinon on peut par exemple penser acheter un aller-retour et se retrouver avec deux tickets allant vers la ville, sans possibilité de retour. Alice est descendue du train à une station intermédiaire tandis-que je continuais vers le terminus pour récupérer la ligne de métro numéro 2 en direction de Quianmen (la station menant le plus directement à la place Tian An Men). Ce qui est amusant dans le métro de Beijing c’est qu’il faut indiquer la station d’arrivée lorsque l’on prend notre ticket, afin de payer uniquement pour le trajet parcouru (d’où également le conseil d’Alice de ne pas trop planifier) . Ce qui l’est moins en revanche est l’attitude d’un chinois qui, voyant que j’hésitais un peu sur la marche à suivre devant la machine, ne s’est pas gêné pour me passer devant et prendre son ticket. Moi qui pensais que les parisiens étaient des c*nnards avec les touristes, ils sont en fait très avenants en comparaison de certains pékinois.

Getting out of the subway, the cold was even worse than I had imagined. The temperature was -5°C and a light wind was biting my nose, my ears, bringing tears to my eyes, insinuating under my clothes, and leaving my hands numb as if I had no gloves at all. After 100 miserable meters in the street during which I could focus on nothing else than “WHAT THE F*CK AM I DOING HERE?!!” I rushed into an underground pedestrian passage to try to warm up a bit by any possible means. I put the plane’s blanket on my shoulder, in front of my belly, inflated just a bit my neck pillow to wrap around my neck as a scarf, as I had only a shawl (and since air is a really good thermal insolent) tried to protect my arms by closing the end of my jacket’s sleeves over my gloves, put my hood over my bald head and pulled the strings to tighten it the best possible way. And there I was, prepped for the great cold.

En sortant du métro, le froid était douloureux. Pire que je l'avais imaginé. La température était de -5°C et un vent léger mordait mon nez, mes oreilles, me faisait venir les larmes aux yeux et s’insinuait sous mes vêtements et dans mes gants, laissant mes mains engourdies, comme si rien ne les avait protégées. Après 100 malheureux mètre dans la rue pendant lesquels je n’ai pu penser à rien d’autre que « MAIS QUE FAIS-JE ICI B*RDEL ?!! », je me suis rué dans un passage piéton souterrain  pour tenter de me réchauffer à tout prix. J’ai donc mis la couverture de l’avion sur mes épaules et devant mon ventre. J’ai gonflé juste un peu le coussin pour mon cou afin qu’il me serve d’isolant en plus de mon foulard. J’ai essayé de protéger mes bras du froid en baissant au maximum les manches de ma veste et en les fermant sur mes gants. Puis j’ai remonté la capuche sur ma tête chauve en la fermant au maximum, et j’étais enfin prêt pour affronter le froid.

I got out of the pedestrian passage and “HOLY SH*T, THAT DIDN’T CHANGE A THING!!!”. I was losing all my energy through my big bald head and there was quite nothing I could do. I decided to go on and search for a hat store, when I noticed that a great deal of people had the same green warm hat with fur protections over the ears, and a red star on the forehead (obviously!). I entered an information building nearby, hoping to get the address of the hat shop.The building was open but there was no one to inform the people in it, who were, anyway, only here to warm up. I took a coffee at a vending machine and tried to ask the person queuing behind me where did he get his hat. He didn’t understand English, and as his only answer seemed to be that my coffee was ready and I should better hurry to take it up, I took my hot beverage “OH THAT IS SOO GOOD AND SO WARM!!!” and went back to the unfriendly street.

Je suis sorti du passage souterrain et “PUTA*N DE ME*DE, CA N’A RIEN CHANGE !!!”. Je perdais toute ma chaleur par ma tête chauve. Il n’y avait qu’une chose qui pouvait sauver mon escapade frigorifique. J'étais en train de me mettre en quête d’un magasin de bonnet quand j’ai aperçu qu’une grande partie des gens autour de moi portaient le même chapeau de fourrure vert, avec des protections pour les oreilles et une étoile rouge sur le front (évidemment !). Je me suis alors précipité dans un office de tourisme non loin pour demander l’adresse salvatrice du vendeur de chapeaux. Le bâtiment était ouvert mais aucun agent d’information n’était présent pour aider des gens, qui semblaient être entrés seulement pour se réchauffer. J’ai pris un café machine, en profitant de l’attente pour tenter de demander à la personne dernière moi où il avait acheté son chapeau chaud. Il ne parlait manifestement pas anglais et sa seule réponse fut (apparemment) que mon café était prêt et que je ferais mieux de me magner de le prendre au lieu de lui faire perdre son temps. J’ai donc pris ma boisson « OH MON DIEU COMME CA FAIT DU BIEN LE CHAUD !!!», et suis retourné vers la rue inhospitalière.

Around three minutes later, my coffee was cold and so were my hands again. I started feeling miserable, thinking about going back to the airport when I saw him, “THANKS LORD ALLELLUJAH!!”, the ambulant hat vendor. I bought him a warm hat and warm “The North Face” (seriously?!) gloves, and felt that my visit could finally begin. I was in the middle of Tian An Men square, huge, quite empty except for Chinese tourists wearing the same green, red starred hat and several posted motionless guards, as if they were frozen (yes I make fun of them, and no, that is probably not funny for them). To get a glimpse at how cold the weather was, as I put hurriedly my hat on, I dropped some of my coffee on my lens hood, and it instantly turned into ice. Fortunately without any bad consequences for my camera (I see you people from the north laughing at me but where I come from there hardly is any snow in winter…).

Après quelques minutes dehors, mon café avait refroidi, et mes mains avec. Je commençais à me sentir vraiment misérable. Une forte envie de rentrer à l’aéroport montait en moi quand je l’ai vu « OH MERCI JESUS CHRIST MON SAUVEUR ALLELUIA » (oui je suis devenu catholique au passage), le vendeur ambulant de chapeaux (et non le vendeur de chapeaux ambulants, ça n’aurait aucun sens). Je lui ai acheté un chapeau chaud et de beaux gants épais « The North Face » (non mais... vraiment!? -_-‘) . Ainsi, ma visite de Beijing pouvait enfin commencer. J’étais en plein milieu de la place Tian An Men, très vaste et vide, si ce n’était la présence de quelques touristes chinois portant tous le même chapeau vert à étoile rouge, et de quelques gardes immobiles tels des statues de glace (oui, je blague sur leur situation qui, non, ne doit pas être simple tous les jours). Pour vous donner un aperçu de la température ambiante : en mettant précipitamment mon chapeau j’ai renversé un peu de café sur le pare-soleil de mon appareil photo. La boisson s’est changée en glace instantanément, heureusement sans conséquence néfaste pour mon appareil (je vous vois, les gens du Nord, vous moquer de ma découverte du froid, mais là d’où je viens c’est déjà rare d’avoir de la neige en hiver, alors...).

Oh qu'il fait du bien le chapeau communiste !

After wondering what use could be several fire extinguishers in the middle of this empty place in this freezing cold weather, I finally made it to the Forbidden City. And there is a lot more to see than on Tian An Men Square. As I had gone through the forbidden city quite fast (I was still freezing, even with my brand new hat and branded gloves), I can't explain a thing about what I saw (no, I am not ashamed of that ^_^') and I will let the pictures show from themselves what I saw.

And... what do you need to extinguish ?

Après m’être demandé quelle pouvait être l’utilité d’une dizaine d’extincteurs en plein milieu de la place, sans aucun bâtiment ni véhicule proche, par ce froid mordant, j’ai finalement réussi à rejoindre la Cité Interdite. Qui est bien plus intéressante à parcourir que la Place Tian An Men. Bien plus vaste, aussi. J’ai traversé la forteresse d’un pas assez rapide, pour me réchauffer d’une part, pour éviter la vague de touristes chinois de l’autre (j’étais parmi les premiers entrés à l’ouverture de 8h du matin, et ne comptais pas visiter avec la foule), et enfin parce que je n’avais pas tant de temps, et que l’ensemble est immense. Je laisserai donc les photos parler d’elles mêmes puisque je serai bien incapable d’expliquer ce que j’ai vu (non, je ne suis pas particulièrement honteux de cela).

Sweeping the snow in the entrance of the Forbidden City

That is quite a palace inside.

The many pathways of the forbidden city

Beijing, in between tradition and modernism.

I love this snowy colored little roof !

It took me two hours to go through the Forbidden city at a quite fast pace, and I exited through the other side of it… to see that the visit was one way only and that I had to go all the way around the City if I wanted to take the subway line 2 back to the airport (I had around 4h left before the departure of my plane). And that was clearly a bad idea. In fact, the dim yellow light coming out of the low roofs on the surrounding street was quite good for taking pictures (even if I didn’t take any interesting ones in reality). But I went back towards the Fortress at some point and after 15min walk I was told that this was another one-way gate. I had to go back to the surrounding street after having lost 30min on my tight schedule (but gained several interesting pictures this time).

The color Yellow in the country of Red.

Même à ce rythme assez rapide, cela m’a pris deux heures pour traverser la Cité Interdite. J’avais écris « faire le tour » mais je n’ai eu le temps de tout parcourir, laissant derrière moi un bon tiers des bâtiments périphériques inexplorés. Arrivé de l’autre côté, j’ai appris que la visite était à sens unique et qu’il fallait que je fasse tout le tour pour revenir au métro qui m’avait amené en ville. Il me restait 4h avant le départ de mon avion. Mais c'était une mauvaise idée de vouloir faire le tour de la Cité. Bien sûr la lumière jaune rasante provenant des toits bas de la petite allée périphérique était magnifique pour prendre des photos (bien que je n’aie pas pu en faire même une qui me satisfasse). Mais à mi-chemin j’ai voulu revenir vers la Cité pour sortir sur la Place Tian An Men, et j’ai marché un bon moment avant d’arriver à un nouveau sens-interdit. J’ai donc dû retourner dans la rue adjacente en perdant au passage de précieuses minutes sur mon emploi du temps contraint (mais en ayant cette fois gagné plusieurs photos intéressantes).

A building of the Forbidden City seen from the outside

I finally made it to a subway station and back to the airport 1h in advance for my flight. I had the chance to spend the last Yuan I had left on expensive Chinese gifts (yes, I know, that is supposed to be a pleonasm, but not in Beijing Airport), and took my last plane back to France.

J’ai finalement réussi à rejoindre une station de métro (pas celle par laquelle j’étais arrivé, d’où l’inutilité d’avoir tenté d’y retourner), pour arriver à l’aéroport une heure avant mon départ. Cela m’a permis de dépenser mes derniers Yuans dans des cadeaux chinois chers (oui, c’est censé être un pléonasme, mais pas dans l’aéroport de Beijing), avant de prendre mon dernier vol vers la France.

I slept 6h in the plane, of which 5h in a row, which was quite a record for me on this travel. When I arrived back in Paris, my friend Aurélien was there to greet me. It was really uplifting to see him, to get our friendly complicity back. I sensed him a bit awkward, though, telling me that he needed to go to his brother before going back home and asking if I was feeling great for a party that night. And indeed, arriving at his brother’s home (which is also my cousin’s home as they are married and that is where I know Aurélien from, long story short) a big part of my family waited for me, either physically or in video, to wish me a happy birthday.

J’ai dormi six heures dans l’avion, dont 5h d’affilée, ce qui constitue un record loin devant mes autres sommeils en vol. A mon arrivée à Paris, mon ami Aurélien m’attendait. Sa présence fidèle, la complicité de nos retrouvailles m’a fait chaud au cœur. Je l’ai tout de même senti un peu bizarre lorsqu’il m’a demandé en plaisantant si on pouvait passer chez son frère puis si j’étais prêt à faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Et en effet, arrivés chez son frère (qui est aussi chez ma cousine puisque qu'ils sont mariés, et que c’est comme ça que j’ai connu Aurélien… pour la petite histoire), une grande partie de ma famille m’attendait (soit en personne, soit en vidéo) pour me souhaiter un très bon anniversaire.

Happy birthday to me ! :)

And there I was, starting my 31st year the best possible way, back home, with my family, my friends, and more full of energy than I had been in the past decade. I feel ready for my new life.

Et c’est ainsi qu’a démarré ma 31ème  année. De la meilleure des manières. Entouré de ma famille et de mes amis, et plus empli d’énergie que je ne l’avais été durant toute la décennie précédente. Je me sens désormais prêt pour ma nouvelle vie.

Now, everything is possible.

Maintenant, tout est possible.


Join the conversation
4
There are 4 comments , add yours!
Ben Mckechnie 4 years, 6 months ago

#1 Epic selfie! Haha, great post Cyprien. Your world trip has come
to an end. Thanks for taking us all along. I enjoyed the ride.
Happy Birthday!

4 years, 6 months ago Edited
Cyprien Replied to Ben Mckechnie 4 years, 6 months ago

Thanks Ben, the red nose is not because of the wine but really because of the wind.
I enjoyed it a lot as well and planing to do this every year from now on.
Next stop will be Canada ! :)

4 years, 6 months ago Edited
Arthur Freudiger 4 years, 6 months ago

Super Cyp Cyp! Ca m'a donné envie lire tes autres articles. Continue à écrire!!

4 years, 6 months ago Edited
Cyprien Replied to Arthur Freudiger 4 years, 6 months ago

Merci Tatur pour tes encouragements. J'essaie de m'y mettre en dehors du blog. C'est plus dur, mais plus libre aussi, donc c'est chouette :)

4 years, 6 months ago Edited
Up
Copyright @Photoblog.com