L'attention muette / The dumb attention

Et ces blancs instants exhalent l’éclat de la lumière silencieuse.
And these white moments exhale the brightness of the silent light.


"Cela fait comme un repos dans notre quête. Comme une paix dans notre combat, comme un silence dans nos discours. Il suffit de connaître et de reconnaître. Rien à posséder. Il suffit de voir, et nul regard ne possède ce qu’il voit.“ 
A. Comte-Sponville (Chardin ou la matière heureuse )

”It makes as a rest, in our quest. As a peace, in our struggle, as a silence in our speeches. It is enough to know and to recognize. Nothing to possess. It is enough to see, and no look possesses what he sees."
A. Comte-Sponville (Chardin or the happy matter)

Join the conversation!
    Login or Signup using following options to comment Login or Signup below to comment
    Login Sign up

    45 There are 45 comments, add yours!

    • #
      0
      2012.07.16 Edited

      "Il suffit de voir, et nul regard ne possède ce qu’il voit." Absolument superbe, des images si poétique ... :)

    • #
      0
      2012.06.19 Edited

      C'est superbe, j'aime beaucoup le départ, la fleur en "gestation" et son épanouissement simple et royal à la fois. Une jolie lumière transcendée par le fond sombre...

    • #
      0
      2012.06.18 Edited

      Precioso tratamiento de la luz, se diría que están iluminadas por la luna. Realmente bellas.

    • #
      0
      2012.06.17 Edited

      Le blanc est très difficile à mettre en valeur. Tu as réussi un beau challenge! C’est une magnifique série!

    • #
      0
      2012.06.17 Edited

      On se laisse envahir par la douceur de cette beauté et les couleurs ravissantes. Superbe Josy et MERCI!

    • #
      0
      2012.06.15 Edited

      Beauté, sérénité éphémères
      qui nous rappellent que beauté et vie de l'homme
      sont si fragiles et passagères...
      Merci josy

    • #
      0
      Glo
      2012.06.15 Edited

      For me #1 and 5 are quite stunning in their bare simplicity....bravo!

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      Ha! c'est encore plus beau!!! quelle fraîche et délicate blanche virginité immaculée!
      je comprends mieux ton commentaire entre le noir et la lumière...un set magnifique, elles sont à encadrer.
      j'aime la dernière le plus, du nacre!

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      je monte voir ces beautés sur le grand écran, là je suis sur le portable...à tout de suite! :))

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      Contempler cette beauté et être suspendu dans le temps et l'espace!!

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      The way you use the light is perfect! I do not see #5? Maybe just me? Oh, and you inspire me greatly! Thank you again! Congrats!

    • #
      0

      Ohhh Josy you make me speechless with those beautiful shots.....So filled with feelings and they talk in a so special way..
      Nr 2 in my favorites ..Beautiful post Dear

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      Amazingly beautiful set Josy! I love how with each picture the suspense is growing ...and the last really takes my breath away!

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      "It is enough to see". Not so sure. I want to see them and then see them again. The lighting is something special and all the atmosphere of these pictures makes me enter in a state of awe. Wonderful, wonderful work, as always.

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      the perfection of detail, the beauty of the iris, congratulations my friend, fantastic as always

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      L'originalité des iris blancs , des photos ou le crépon souligne la nacre ...
      Iris des yeux , mythologique messagère des dieux ...
      Belles photos Josy ! Subtile progression de l'épanouissement ... éphémère et renouvelé ... :-))

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      Le contemplateur, triste et meurtri, mais serein,
      Mesure le problème aux murailles d'airain,
      Cherche à distinguer l'aube à travers les prodiges,
      Se penche, frémissant, au puits des grands vertiges,
      Suit de l'oeil des blancheurs qui passent, alcyons,
      Et regarde, pensif, s'étoiler de rayons,
      De clartés, de lueurs, vaguement enflammées,
      Le gouffre monstrueux plein d'énormes fumées.

      Victor HUGO

    • #
      0
      2012.06.14 Edited

      Layers of silk and satin touched softly by moonlight..... dream like and breath taking