La Cévenole: pour ma mère

by Michka43 July. 22, 2014 11425 views

La Cévenole
Parfois appelée Marseillaise huguenote.
Paroles de R. SAILLENS & Musique de L. ROUCAUTE

Salut montagnes bien aimées,
Pays sacré de nos aïeux.
Vos vertes cimes sont semées,
De leurs souvenirs glorieux.
Élevez vos têtes chenues
Espérou, Bougès, Aigoual.
De leur gloire qui monte aux nues,
Vous êtes que piédestal.

Refrain
Esprit qui les fit vivre,
Anime leurs enfants
Anime leurs enfants
Pour qu'ils sachent les suivre.

Redites, grottes profondes,
L'écho de leurs chants d'autrefois ;
Et vous torrents, qui, dans vos ondes,
Emportiez le bruit de leur voix.
Les uns, traqués de cime en cimes,
En vrais lions surent lutter ;
D'autres - ceux-là furent sublimes -
Surent mourir sans résister.

Refrain

O vétérans de nos vallées,
Vieux châtaigniers aux bras tordus,
Les cris des mères désolées,
Vous seuls les avez entendus.
Suspendus aux flancs des collines,
Vous seul savez que d'ossements
Dorment là-bas dans les ravines,
Jusqu'au grand jour des jugements.

Refrain

Dans quel granit, ô mes Cévennes,
Fut taillé ce peuple vainqueur ?
Quel sang avaient-ils dans les veines ?
Quel amour avaient-ils au cœur ?
L'Esprit de Christ était la vie
De ces pâtres émancipés,
Et dans le sang qui purifie
Leurs courages étaient trempés.

Refrain

Cévenols ( Huguenots ), le Dieu de nos pères
N'est-il pas notre Dieu toujours ?
Servons-le dans les jours prospères
Comme ils firent aux mauvais jours;
Et, vaillants comme ils surent l'être,
Nourris comme eux du pain des forts,
Donnons notre vie à ce Maître
Pour lequel nos aïeux sont morts.

Refrain
Esprit qui les fit vivre,
Anime leurs enfants
Anime leurs enfants
Pour qu'ils sachent les suivre.


SAGESSE (Birago Diop)

Sans souvenirs, sans désirs et sans haine
Je retournerai là-bas au pays,
Dans les grandes nuits, dans leur chaude haleine
Enterrer tous mes tourments vieillis.
Sans souvenirs, sans désirs et sans haine.

Je rassemblerai les lambeaux qui restent
De ce que j'appelais jadis mon coeur
Mon coeur qu'a meurtri chacun de vos gestes ;
Et si tout n'est pas mort de sa douleur
J'en rassemblerai les lambeaux qui restent.

Dans le murmure infini de l'aurore
Au gré de ses quatre Vents, alentour
Je jetterai tout ce qui me dévore,
Puis, sans rêves, je dormirai -toujours-
Dans le murmure infini de l'aurore.

Tribute for my mother

  Be the first to like this post
Join the conversation
3
There are 3 comments , add yours!
Domã©Lia 6 years, 7 months ago

Quel hommage à une région... Et à ta mère ! Émouvant !

6 years, 7 months ago Edited
Josy 6 years, 8 months ago

C'est un très bel et émouvant hommage. Sagesse a une force douce et vibrante.

6 years, 8 months ago Edited
Camille 6 years, 8 months ago

Les photos sont magnifiques, - et le texte, émouvant.

6 years, 8 months ago Edited
Up
Copyright @Photoblog.com